VOLANT EN TAPIS


VOLANT EN TAPIS

Opiniâtre envol pourtant réfléchi

A la place des maisons qu’ils pourchassent

en l’absence de fenêtres pour voir la paisibilité de la porte que l’on choisirait pour dégoter ce coin d’herbe où nous découvrir à la mode-marguerite

au-delà de l’apparence

l’arbre abattu à la hache missile brandit une balançoire sur son moignon

avec la rage de vaincre l’injuste force en présence

Tout comme j’accède au relief de ta poitrine en plein dans une platitude qui voudrait araser la liberté d’être en extrayant la toute petite enfance de sa croissance

Pareil que dans la retenue de ton langage tu enfiles un collant sur le cri qui arriverait aux autres, toi, chaste d’une sensualité toute personnelle, ramassée comme le chien sur le fusil tu t’envoles rejoindre l’inégal à bord du tapis sauvé de l’haleine à tisser.

Niala-Loisobleu – 2 Février 2022

2 réflexions sur “VOLANT EN TAPIS

  1. Sur ma balançoire

    je colore ma vie de peurs si merveilleuses

    qu’il faudrait au seuil des rosées que l’espoir

    ait au moins l’empan d’un regard d’anémone

    ou l’amplitude ambitieuse d’un oiseau

    pour que me cueille au passage et par la gauche

    l’haleine du bonheur

    exquis vaisseau

    et je reste la fiancée

    du capitaine

    Aimé par 1 personne

    • Aux écumes d’étocs en planques l’oiseau repère le chenal
      L’anémone au carillon sonne de son goupillon le 1/4 d’heure sénégalais qui bronze la paleur du fade
      L’espoir en tire un bord
      Alors risquant son coquard, il s’avance l’œil au bout de la lunette du Capitaine…
      Alain

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.