En corps assez de chaleur à tirer de la pâleur du présent


En corps assez de chaleur a tirer de la pâleur du présent

Du ciel qui se tire comme un rideau qui voudrait plus se regarder de face

vite ne pas laisser s’enfuir ce qui motive

voilà c’est ça suivre ta voix

comme une douceur qui se bretelle à tes seins

sur un fond de papier viennent tes mots que je peins

ce penchant d’anémone qui te retient à table

Dans la glace

j’ai vu Henri ramener du soleil en remontant la poubelle.

Niala-Loisobleu – 21 Février 2022

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.