La couleur complémentaire


La couleur complémentaire

Non assujettie aux étals racoleurs munis si pâles

elle marche de pair à l’essence de l’arbre cachée dans le contenant de l’écorce

derrière le bise-bise de ton trottoir, sur le contoir de ton bistrot, atout dans la manille des joueurs de cartes, Cézanne ouvre-moi

Quand au matin du cantonnier ouvrant l’ô du caniveau, le grand ballet de bouleau entre en Seine et cueille la péniche à convoyer au large de la lumière recherchée, l’Abeille peut remorquer les écluses sont ouvertes

Le Quai des Brumes garde l’atmosphère

Ce rien fait du tout qui s’harmonise aux vouloirs du corps et de l’esprit

Comme Mireille a su mettre des luzernes au petit-chemin, l’émoi d’hiver tient au show du vivant plus sûrement qu’un descriptif d’agence de voyages

Au point d’y croire au chevet d’un arasement des valeurs, sentiment qui rappelle le germe de l’haricot planté dans la peau d’une communale

Si nous n’avons pas le pouvoir d’empêcher les guerres nous avons celui de bercer nos rêves jusqu’à les toiles.

Niala-Loisobleu – 6 Février 2022

Une réflexion sur “La couleur complémentaire

Les commentaires sont fermés.