LE BANC BLEU DU GARDE-BARRIERE


LE BANC BLEU DU GARDE-BARRIERE

Comme l’éclusier au moment crucial où l’aria demande le passage, le garde-barrière est dépêché sur la voix de traverse

Trop d’outre-noir vient à la provoque juste après, selon une méthode bien rôdée, avoir minaudé en troublant d’artifice la pureté de la source alimentant le lavoir

On peut choisir sa façon d’être, ça s’appelle la liberté du citoyen

seulement sans que ça décerne le droit de manipulation narcissique

L’abus de pouvoir fait qu’on change les draps à partir du moment où le lave-linge n’obtient rien de mieux que la planche à laver de l’amour lavandier

Les trois vaccins n’éliminant pas le risque qui se planque sous le faux-masque faire venir les bohémiens aux poignets porteurs de cicatrice. Ceux qui font peur et créent la méfiance sont les plus fidèles

Leur serment reste le vrai sauf-conduit pour passer le seuil des lendemains qui chantent juste

L’osier solidement tressé pour recevoir l’obole du drap propre fait échangeur au ban du chemin farci de traquenards

Vivre propre sans vanter la qualité de son homo c’est autre chose que l’image pour le mi-sel en récompense.

Niala-Loisobleu – 24 Janvier 2022

Une réflexion sur “LE BANC BLEU DU GARDE-BARRIERE

Les commentaires sont fermés.