LES BAVARDAGES D’UN PEU CAUSEUX 23


LES BAVARDAGES D’UN PEU CAUSEUX 23

Réveillé tôt par un bruit inhabituel chez la voisine je me suis risqué jusqu’au bord du palier

La cage d’escalier ne recelant rien qui pourrait éclairer l’obscur état dans lequel je l’ai trouvé j’ai laissé les becs de gaz dans leur état de non-dit mais ai poussé jusqu’au trottoir pour être certain et devant la preuve que l’année commençait comme les autres sur ce point suis remonter mettre mes pieds dans les chaussons

Un court déplacement qui intervertit cependant l’ordre sans motif apparent

Normal que le café est tiédit, mais pourquoi la corde à sauter est-elle sortie de ce qui devait partir à la poubelle ?

Je pense que le bruit qui m’a réveillé est le fruit de mon imaginaire. La voisine par un jeu de chaises musicales a transité par mon sommeil par les raccourcis nerveux du système sensitif. Je me souviens avoir remarqué la présence inhabituelle de son fessier collé à la robe, en lui disant hier, nous voilà changés d’année. A croire qu’un changement s’est fait, maintenant que j’y pense c’est vrai qu’elle ondule plus sans accent

C’est peut-être ça d’avoir la fève

Sacrés rois mages, les voilà plu guillerets.

Niala-Loisobleu – 2 Janvier 2022