L’EMBARCADERE


L’EMBARCADERE

Etalées sur le lit du dernier jour, les chemises se séparent entre neuves et élimées

La cantine opère le tri qui laissera hors de la cabine le panel des creux d’un vide à faire peur de tant d’injustice

L’estomac qui se tord des brûlures du mauvais sort il vaut mieux le laisser à quai, Le mal que ça fait prend le départ pour la guérison. Ya que le vrai qui puisse marcher sans boîter. Et droit sans louvoyer à tous propos

Aussi les fleurs de mon jardin je les mets dans chaque pièce de ma maison sans en couper une seule

Si tu t’y frottes j’en gouterais l’odeur à travers ta peau

La carte franche de mon chenal est claire pour passer la jetée du port en s’engageant dans l’estuaire

Chante la mer

Les voeux ça n’a rien de commun avec les actes

Je te donne la toile avec la couleur sans le cadre qui emballe, la Bonne Année est dedans !

Niala-Loisobleu – 31 Décembre 2021