DU BOUT DE LA LANGUE


DU BOUT DE LA LANGUE

Goût fouaillé du bout du né le sel garde son cône

D’un carreau trempé d’un autre soleil que la vanne se garde en marais

Une lune égarée par l’ambition se prend dans le tapis sa culotte de cheval, honni qui mal y panse

Par le fronton de l’orangeraie le dernier quartier du fruit en refusant la tête des morts comme seins bols ne sèvrera pas la vie

La souplesse du nichon attelée en double au rebondi de la chute de reins elle remplissait les greniers ma charrette. Il n’y a pas de vain de garde pour la cave, comme de truffe au gland d’une cagouille

Plus vive qu’un embrun au sortir du goémon charnu de l’anse de la Pointe Espagnole au coeur de la côte sauvage cette nervure de la feuille non arrachée du fruit prend le large

L’oiseau dégaine et hisse sa couleur au gibet du chevalet dans l’avalé des Reines.

Niala-Loisobleu – 28 Décembre 2021