MOSAÏQUE L’ARGILE ALOUETTE


MOSAÏQUE L’ARGILE ALOUETTE

Calcaire et sable émiettés au déroulé des vignes pratiquées pour un assez d’heur, rougeur ambre du ciel, venu jusqu’au relevé de l’attente qui m’a traversé là au bord de la route qui ne dit rien si l’on ne l’aborde

C’est à priori uniformément plat jusqu’au débusqué de l’oeil

Alors s’élevant plus haut qu’on regarde, elle sort du couvert et grimpe verticale, l’alouette, droit sur son orbite

Blanchie par le feu du four, la mosaïque séculaire parle sans tourner les faits

Elle sème à grands bras cette simple histoire des hommes tirée d’un vaisseau celte sortant les miroirs qui chassent les mythes

Et j’ai gardé la paille chaude sans la crèche, l’âne en érection de réalité et le boeuf au sillon arqué en n’ajoutant aucun signe de poisson à la craie dans les souterrains de Rome pour ne plus craindre le sens donné au pouce

Mosaïque

Grain qui court Antique de l’Europe à l’Afrique je te veux Moderne sur l’Univers

Sans l’entreprise mirifique, fallacieuse et totalement illusoire d’un locutoire racoleur

L’incantation de l’enfant pris dans sa comptine ne trompe personne par l’innocence de sa couleur

Est-ce qu’aimer n’est pas ce qui marque et reste au-delà des ambitions ?

Niala-Loisobleu – 23 Décembre 2021