VAGUE A BONDS SOLAIRES


VAGUE A BONDS SOLAIRES

Au tant qu’emporte le vent, le bateau ivre, s’entortille la trajectoire

Gens qui pleurent

J’en kiri

L’hume heur enfume sans que rien ne parvienne à devenir une pipe

Imprévisible à s’habiller comme il convient j’en perds ma chemise sans retrouver nues

C’est en 1936 que René Magritte fit ce calligramme ô combien expressif du questionnement philosophique que les revirements de l’homme lui manifestèrent à cette période cruciale

Amis de nombreux philosophes et visionnaire incontestable, il témoigne par cet autoportrait de l’annonce qui nous fut faite et parvient aujourd’hui à terme

La vague versatile de l’an brun nous sombre aux lumières d’un tango Titanic.

Niala-Loisobleu – 27 Novembre 2021