A LA VEILLE DE LA CLAIRIERE


A LA VEILLE DE LA CLAIRIERE

En tenant le chemin au plus serré de leurs cornes qu’elles enrobent de leur peau aux rousseurs d’automne, les meuhs mettent aux ballants des pis lourds de quoi plus que tiédir la baratte dans ce climat frileux

Le clocher se met au pas de l’heur complice

Les poules attendent leur tour sans cacher leur acquiescement au coq, d’ailleurs à l’ouverture du poulailler la fermière n’avait pas de jambe de bois dans l’éclat de l’oeil

Chienlit du moment scolaire incontournable

A la sortie du conseil d’élèves l’oiseau, la godille en main, faisait le bac pour rendre le passage plus gué

Soleil interlude

L’atelier a laissé la parole au chevalet

Mes doigts autour des fesses de la toile tiennent en selle le musc sauvage qui fait tonsure à la clairière.

Niala-Loisobleu – 23 Novembre 2021