TRAVERSER LA MER A LA NAGE – MICHEL JONASZ


TRAVERSER LA MER A LA NAGE

MICHEL JONASZ

J’pourrais traverser la mer à la nage
Pour un seul de tes baisers
Accrocher un hamac à deux nuages
Que le vent puisse te bercer
J’pourrais cueillir une à une les étoiles
Quitter la Terre, m’élancer
Me perdre dans l’infini sidéral
Juste après s’être embrassé

Et je suis prêt porté par le mistral
À prendre le large, à m’envoler
On s’aimera j’en suis sûr jusqu’à la fin des âges
Le seul vrai bonheur c’est d’aimer
Le seul vrai bonheur c’est d’aimer

J’pourrais prendre Vénus à l’abordage
Pour une nuit d’amour partagée
Chevaucher les éclairs des nuits d’orage
Et laisser la foudre me transpercer
Sauter à cloche pied d’étoile en étoile
Quitter la Terre m’élancer


Me fondre dans l’infini sidéral


Juste après s’être enlacé

Rappelle-toi du premier jour
Ces deux nuages qui formaient
Comme deux cœurs enlacés
On s’aimera j’en suis sûr jusqu’à la fin des âges
Le seul vrai bonheur c’est d’aimer
Rappelle-toi du premier jour
Ces deux nuages qui formaient
Comme deux cœurs enlacés
On s’aimera j’en suis sûr jusqu’à la fin des âges
Le seul vrai bonheur c’est d’aimer
Le seul vrai bonheur c’est d’aimer

J’pourrais traverser la mer à la nage
Pour un seul de tes baisers
Partir demain pour mon dernier voyage
Juste après s’être embrassé