LE FEUILLAGE ECLAIRE – YVES BONNEFOY


LE FEUILLAGE ECLAIRE

YVES BONNEFOY

Ironie du sort ?

Ce matin, loin de vouloir jouer au Socrate je serais passé à côté du propos

Pour je n’avais pas lu le Sud-Ouest du jour

Amusant mais bien ressemblant à l’impression que je laisse …

Niala-Loisobleu – 5 Novembre 2021

LE FEUILLAGE ÉCLAIRÉ

Dis-tu qu’il se tenait sur l’autre rive.
Dis-tu qu’il te guettait à la fin du jour ?

L’oiseau dans l’arbre de silence avait saisi

De son chant vaste et simple et avide nos cœurs,

Il conduisait

Toutes voix dans la nuit où les voix se perdent

Avec leurs mots réels.

Avec le mouvement des mots dans le feuillage

Pour appeler encor, pour aimer vainement

Tout ce qui est perdu,

Le haut vaisseau chargé de douleur entraînait

Toute ironie loin de notre rivage.

Il était l’ange de quitter la terre d’âtres et de lampes

Et de céder au goût d’écume de la nuit.

II

La voix était d’ironie pure dans les arbres,

De dislance, de mort,

De descellemeni d’aubes loin de nous

Dans un lieu refusé.
Et notre port

Était de glaise noire.
Nul vaisseau

N’y avait jamais fait le signe de lumière,

Tout commençait avec ce chant d’aube cruelle.

Un espoir qui délivre, une pauvreté.

C’étaii comme en labour de terre difficile
L’insiant nu, déchiré

Où l’on sein que le 1er trouve le cu’ur de l’ombre
Et invente la mort sous un ciel qui change.

III

Mais dans les arbres,

Dans la flamme des fruits à peine aperçue,

L’épéc du rouge et du bleu

Durement maintenait la première blessure,

La souflerte puis l’oubliée quand vint la nuit.

L’ange de vivre ici, le tard venu.
Se déchirait comme une robe dans les arbres,
Ses jambes de feuillage sous les lampes
Paraissaient, par matière et mouvement et nuit.

IV

Il est la terre, elle l’obscure, où tu dois vivre.

Tu ne dénieras pas les pierres du séjour.

Ton ombre doit s’étendre auprès d’ombres mortelles

Sur les dalles où vient et ne vient pas le jour.

Il est la terre d’aube.
Où une ombre essentielle
Voile toute lumière et toute vérité.
Mais même en lieu d’exil on a aimé la terre.
Tant il est vrai que rien ne peut vaincre l’amour.

Yves Bonnefoy

5 réflexions sur “LE FEUILLAGE ECLAIRE – YVES BONNEFOY

Les commentaires sont fermés.