EQUIN SI SOIT-ÎLE


EQUIN SI SOIT-ÎLE

Par la trouée du harnais le rein pousse les lèvres dans l’alignement d’Art Gilles

l’envolée lance un cri de mouettes à l’infini

appuyé contre la grosse pierre ton regard franchit l’agrafe du soutif pour respirer sa prise de conscience

le persistant tient sa feuille à jour, l’autre le caduque sans remet à l’automne pour la lessive, une boule de bleu au chaudron

Dans le rayon du sacré je ne me suis pas trompé d’aube, l’ostensoir solaire laissé sur l’ô tel accompagné des enfants que l’aigle du sermon épargné n’a pas fait fuir

A qui la faute ?

Je garde enclos la réunion de tes seins dans mes mains plutôt que l’intermittent frappement d’un spectacle sur ma poitrine flagellée

Quand Vierge je t’ouvre du Je Nous je ne déflore rien de ta beauté

Ma prière mécréante n’a ni les pieds du bouc satanique, ni les cornes du cocu, elle pénètre en toi sans faire la roue de celui qui a la plus longue

Ses défauts sont humains au point de l’auréoler de brun ocre

Hue oui da Ma…

Niala-Loisobleu – 30 Octobre 2021