RÊVE D’UNE NUIT DE SABLE



RÊVE D’UNE NUIT DE SABLE

Le rêve s’est endormi sur la plage
Et la nuit se dore sur le sable :
La mer écume entrailles de l’âge :
Promène nos yeux, le temps instable.

Le rêve construit un château de sable

Aux tourelles que bat le vent du temps :Forteresse éveillée imprenable
Envahie par un ensommeillement.

Il s’enlise dans les sables mouvants :
Royaume océan perle d’images ;
Et le sablier remonte le temps.
Ecume argent perdu dans les âges

mer émeraudes, insaisissables,
d’images , empli yeux du cœur rêvant :
Rôde nombre chimères inlassables

Le doux jour, dans le rêve s’ensable ;
Egraine pluie fine sur un corps dormant.
Songe d’une nuit impénétrable

vagues à l’arme ricoche dans la nuit :
mère d’Etoile d’ombre ouvre les ailes
de la lune de miel de ce doux fruit :
Temps grisant déborde mes prunelles.

Le rêve à un grain de sable dans l’œil :
Ce doux poignard d’or entre sur le seuil
Et dérive sur la mer de sable :
Radeau d’espoir , voguant Ineffable

La nuit est tombée

Caroline Baucher

Le lamparo que la dorsale met en suite

A la poursuite du thon recherché pose Dali au sang fusant de son crime

Du Boulevard St-Germain où Eluard se dirige aux Deux-Magots griffonner sur les nappes

Les blancs et les rouges sont devenus frères-ennemi

La faux lunaire fait rouler les têtes en servant les tapas

la garde-civile ne sait plus quel parti-pris choisir

Au départ d’une querelle, l’impression erronée entame souvent un blocage de la vérité.

Niala-Loisobleu – 15 Octobre 2021