DES CAILLOUX DE MA POCHE 6


Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img-6624.jpg

DES CAILLOUX

DE

MA POCHE 6

La valise sur la table

Chaussons à la carte

Le maillot est fait

Un à un les sarongs enjambent les terrasses des rizières sous la rotation des palmes qu’un buffle actionne devant le jeu des enfants

Large ciel au débord des offrandes que les femmes allument sur les routes, preuve de l’ouverture qu’elles actionnent

Sourire sans devanture de jardins posés à même la nature

L’éléphant dans la rue passe sans déranger les tucks, mais son silence est un déplacement nettement plus audible

Je mets la chemise à fleurs sur le cintre comme au théâtre d’un acte qui veut rester odorant dans l’armoire qui garde sa porte ouverte au départ

Sans doute que je flotte à jamais sur l’Inlé par amour du jardin unique de ce lieu

De l’eau est née cette pirogue du pêcheur au genou conducteur

Quand la pierre sera creuse l’effigie conduira le cheval-marionnette au tressage des ficelles du vent

Et à rejoindre le déchargement des gros bateaux de Sumatra, les hommes en file comme des fourmis sur la planche qui tremble entre coque et quai

Je parcours les temples de la plaine avant que le soleil ne les éteigne

Dans la main un bouquet de bâtonnets d’encens pacifistes pour laisser au paysage la beauté que j’y trouve en dépit des avatars apportés.

Si peindre m’isole des influenceurs il y a de grandes chances pour qu’il y reste de la racine de l’Arbre de Vie.

Niala-Loisobleu – 16 Octobre 2021

3 réflexions sur “DES CAILLOUX DE MA POCHE 6

Les commentaires sont fermés.