DES CAILLOUX DE MA POCHE 2


DES CAILLOUX

DE

MA POCHE

2

Sous le fenestron passe le zinc de la lèvre ouverte de la gouttière

pas n’importe quel soleil y coule

d’aucuns diront « quelle veine »

connaissant Marthe mon aïeule en vécu, bien que l’erreur puisse être humaine, je ne pourrai entrer dans cette façon de vivre livrée à la chance

C’est le faire qui bat qui forge, disait-elle

l’oiseau garde d’aile le pied mouillé de cette émotion du champignon de rosée du matin qui lève

Les petites-maisons blanches s’épaulent aux contreforts des rues qui montent à Paname, prêtent à mettre le Guadalquivir en Seine au pas de danse d’un cheval d’Ecole Royale plus effronté que ton chat qui vient s’étirer sous mes yeux quand j’ai la branche qui gonfle

Oui Xeres avec moi, Ma j’ai la main qui démange de te peindre

Tu vois l’effet du Pommeau ce que ça fait surmoi, les vitraux transpercent sans laisser passer l’ombre

Les fils que j’ai eu en Bretagne ne sauront jamais rien de ce que leur père avait d’esprit de suite. On a passé le tropique sans fête de la mère, ce qui n’a eu aucun effet sur le grand pavois. La marine n’épave que les faux-Capitaines

A l’accordéon d’un couloir de l’amor je pose l’étui d’un autre automne

rue de Siam

Gardant l’image d’un monde dépassant la merveille tronquée tant l’amour qu’il ne cesse de m’inspirer développe le contraire de son extinction

Mords au con.. Sade te dit quête euh chose ?

Niala-Loisobleu – 12 Octobre 2021

2 réflexions sur “DES CAILLOUX DE MA POCHE 2

Les commentaires sont fermés.