JE T’AI CRI 1



JE T’AI CRI 1

D’eau gardée inséparée de son sel

des mers avec toujours l’île attachée en annexe et bien sûr l’encre indélébile accrochée au fond rocheux

Quand plus à l’ouest je roule, ce sud qui me colle par attachement se mélange au profil de la coque en son port local

et me fait en vie de t’écrire à mon tour. Une mouette de passage glisse son cri au bout d’un tuyau d’orgue sorti de la boîte de couleurs que tes seins étalent au grand large. Quel retable je vois là. Partout une pierre inscrit le bois d’une guitare au moment où passe un chat noir

Ces herbes sauvages que je pousse à l’intérieur des viroles de mes pinceaux

Et voilà le kaléidoscope se la joue derviche

.Grenade sort l’Alhambra de la boite de Pandore, aucune erreur possible, le Generalife n’est pas douteux, la première visite que je lui rendis démarra de Bretagne un jour où je sentis ma conquête en besoin de

s’allumer

Le manège de l’enfant que je suis demeuré garde en rennes un cheval qui ne sera jamais de bois

j’y suis retourné le chercher

Et j’ai vu ton empreinte aux landes et fougères

Nue sans contingence comme seule la vérité qui ne ment pas s’habille au quotidien

Avant de signer je laisse les mots-peints gratter la guitare pour avancer une autre semaine aussi belle que je puisse en tirer la graine.

Niala-Loisobleu – 10 Octobre 2021

2 réflexions sur “JE T’AI CRI 1

Les commentaires sont fermés.