BORDE-MER


Les hortensias ébouriffés plient les épaules

L’anse de plage moutonne comme un pré salé

La route en corniche dénude les pins, une pluie d’aiguilles tente de coudre la mie câline au rivage de la croûte terrestre

ciel

De quoi penser juste en presqu’île à ras-de-marée pour ne rien rompre d’avec l’essence-ciel

Les petites-fleurs que ta peau pousse sous la robe grise ont cette luminosité hors du temps de merde

L’odeur de ton corps iodé marine en filets, chic-à -chic de l’anchois et du pili-pili…

Niala-Loisobleu – 1er Octobre 2021