DU GRAVIER DE MA POCHE


DU GRAVIER DE MA POCHE

Par la porte

entre baillées

un mètre d’air

sème du gravier

Le chat est parti du toit baguenauder avec le chien

et l’écurie vide de chaleur aux bats-flancs laisse le cheval sauter par derrière

les encombrements des routes dominicales

Libre la pensée se déplace en stop aux questions subsidiaires

Niala-Loisobleu – 5 Septembre 2021

Poème érotique de Sophie Loizeau


Poème érotique de Sophie Loizeau

… Ici et maintenant, une femme se branle ouvre un conen dents de scie vagina dentada tropical aux senteurs de
cantal jeune
(c’est elle qui parle en humant ses doigts) ni le savon de
mer ni l’algue poivrée ni…

le(s) doigt(s) préféré(s) à frénésie en pleine
nature ce bas pli parallèle au pli de l’aine faille aînée
qui sève
d’être vue…

Sophie Loizeau

EN D’AUTRES THERMES


EN D’AUTRES THERMES

Déjà se sentant venir de loin une certaine chaleur

Tâte le terrain

Oiseaux qui s’ébrouent

Le bac vidé du sable laisse monter l’eau

A seaux

Nonobstant

Elle dit je vais au jardin

Et puits et puits…

Embruns

C’est plus clair

Les rides de l’eau clament une jeunesse qui tend plus que la peau

Concerto à plus de quatre-mains

L’estuaire au piano aqueux a bon do

Niala-Loisobleu – 5 Septembre 2021

La main par Alain Verdure


La main par Alain Verdure

La main tout doucement, se pose sur un genou,
Elle reste là, figée, n’ose pas d’avantage,
Se permettre autre chose serait un rêve fou,
Pourtant tant de trésors et tant d’autres rivages.

Et voilà que la main se permet une avance,
Elle doit se sentir bien car s’arrête à nouveau,
L’endroit est doux et chaud et mérite une danse,
Une cuisse qui vibre, rien ne sera plus beau.

Mais pourtant sans attendre elle remonte un peu plus,
Sous la jupe à présent la voici qui découvre,
Comme un léger barrage en un bout de tissus,
Sans frapper à la porte la voilà qui l’entrouvre.

La main a dû trouver là sa destination,
Car elle ne bouge plus de cet endroit divin,
Et voilà qu’elle s’endort dans un léger frisson,
Rêvant à d’autres lieux, et à d’autres câlins.

Alain Verdure