ENTRE TIEN EMOI 125 (REPRISE)


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 125 (REPRISE)

Les tissus d’herbes tressent les fils de résonances végétales sans fils d’or. Pressé ce qui s’en extrait s’accorde la souplesse du roseau qu’il noue à la fable en accord avec le vent embusqué. Quelques orties pour les croupes valent ce que les éperons donnent aux galops. Ces petits animaux qui font semblant de ne rien voir en fait protègent l’endroit discrètement. Certains comme les abeilles vont jusqu’à en tirer parti. Au bonheur des fleurs loin des serres, Jeannot-Lapin éhonté est sorti pour étaler avec sa houppette le musc de 19 heures si particulier. La rivière sifflote, des canards du jour suivent leurs parents, en se glissant dans l’abri des iris

Au moment où le vent avait les yeux tournés j’ai vu s’ovaliser ton regard

Plus près m’approchant, je ne pouvais me tromper

Ton visage a grandi

Je m’en suis trouvé remué comme chaque fois que pris par l’intime de la beauté je découvre plus loin encore dans ce qu’il faut savoir sans demander que le moment vienne. L’amour porte un trouble qui grandit…

Niala-Loisobleu – 11 Mai 2020

2 réflexions sur “ENTRE TIEN EMOI 125 (REPRISE)

  1. Dans les temps qui filent mon nez, nu de fard, sent profondément le lotus à sa racine
    Nul besoin d’adhérer aux modes de musculation psychiques du yoga
    Un chef qui trouble me laisse froid
    Il y a dans tout pigment une ardeur qui se passe de h
    Les petits canards de ta tasse me dynamise
    Ô tel du Nord
    T’as d’beaux yeux, Ma..,

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.