EN CORPS A DIRE


EN CORPS A DIRE

Le chevalet découpe la silhouette d’un acte prêt à aboutir avec La Butée des Étoiles pour argument

Combien de tant il faut au canon du vieux fusil pour refroidir, là n’est pas la question puisque l’amor vit

Un vol d’oies sauvages coupe le ciel de son V, pareil que t’avoir en proue traverse la page blanche avec assez d’herbe en Manche pour odysser

Lourdeur lombaire lestée…

Niala-Loisobleu – 12 Août 2021

ARRONDI DU POIDS TRANSPORTE


ARRONDI DU POIDS TRANSPORTE

S’éloigne le bruit du sèche-je-veux

L’extrême-fatigue qui suit après renaissance de l’Atelier bien que s’emparant de mon assise quitte l’angle à la pointe du levant

Ce bruit qui approche à tout du train sortant du tunnel

On voit qu’ill reste à franchir un relevé de montagne primaire

Mais c e n’est rien d’un Everest

Puisque l’Eve et ses mon arrive impressionniste, teintée de Claude Monet par la porte d’Etretat comme en Normandie le soleil claque la porte à la pluie en disant marre

L’encre me coule des yeux au fur et à mesure que ta main court au rythme du chien noir qu’un retour de lumière rougit d’espoir de tomates

Le haut ne retombe pas

Au sein de l’Esprit les bretelles sont plus solides que la déroute nationale

Question de pèse…

Grimpe, mon poids de senteur est au bord de mordre tes fraises.

Niala-Loisobleu – 12 Août 2021

EN FAÇADE


EN FAÇADE

Parmi nous Les Enfants de Gaia sont sur la trace du papillon bleu qui se joue du temps

Un éternel éphémère s’inscrit

C’est rond comme le tour de hanche de la clarinette qui suit le balancement métronome des seins largués

Tu sais je suis l’oiseau qui vole à tes vitrines en tirant l’arbre à soie

La vérité si je menthe…

Niala-Loisobleu – 12 Août 2021

TERRAIN DE BON GRAIN


TERRAIN DE BON GRAIN

Dans l’été présent l’orge dresse son ballet, l’oiseau vient deviner ce que pourrait devenir la suite

Comme au passage à niveau s’est soulevée la nuisette d’une chaleur qui s’est annoncée

La rivière s’apprête à dissiper les confusions

Et à la fourche où la petite culotte saute à l’élastique le pont de singe grise au-dessus du vide

Vous entendez claquer les portes des voyeuses sorties précipitamment cracher leur fiel

Ce n’est qu’après la 3eme vague que je plonge sans tuba…

Niala-Loisobleu – 12 Août 2021

COIN DE TABLE


COIN DE TABLE

Arrive le tournant, d’un côté le vide-grenier, de l’autre le jardin avec fourche, le cheval et son soc

L’arbre déploie ses branches avec des fruits secs dessus et sur celle où l’oiseau a son nid, l’œil des fleurs nouvelles

Un nuage peut toujours boucher la voie. Je sais qu’il y a des taupes qui croient voir haut

Du torrent qui charrie le bois mort, mon petit-moulin tourne en corps

Et ce bateau de papier file l’horizon pour tisser

Du sel dans le vers, je trinque en couleur à ta poésie sans la lire depuis qu’au garrot l’impression abandonnée de l’amble, suffocant

Le beau restant hors des mots flatteurs, l’accent circonflexe appuie sans lourdeur

La palette aime tartiner mes doigts pour te caresser à dessein

Quelques maisons dans cet ailleurs du jardin attaché au cœur abritent des vents contraires.

Niala-Loisobleu – 12 Août 2021