Los Ejes De Mi Carreta – Atahualpa Yupanqui


Victor Brauner Surrealist painter

Los Ejes De Mi Carreta – Atahualpa Yupanqui

Parce que je ne graisse pas les arbres
Porque no engraso los ejes

Ils m’appellent abandon
Me llaman abandona’o

Si je les aime sonner
Si a mi me gusta que suenen

Pourquoi est-ce que je veux les graisser?
¿Pa qué los quiero engrasaos ?E trop ennuyeux
E demasiado aburrido

Suivez et suivez le sentier
Seguir y seguir la huella

Trop longtemps la route
Demasiado largo el camino

Avec rien pour me divertir
Sin nada que me entretengaJe n’ai pas besoin de silence
No necesito silencio

Je n’ai rien a penser
Yo no tengo en qué pensar

J’avais, mais il y a longtemps
Tenía, pero hace tiempo

Maintenant je ne pense plus
Ahora ya no pienso masLes essieux de mon chariot
Los ejes de mi carreta

Je ne les graisserai jamais
Nunca los voy a engrasar

Paroliers : Atahualpa Yupanqui / Romildo Risso

SÈCHERESSE


SÈCHERESSE

Déjà le vent se crispe sur la roche
La colline assoiffée dénude ses cailloux
Un vieil épouvantail qui parle encore
S’acharne à mains nues
Pour dresser un muret

Une tour sans orgueil
Allonge sur le flanc
Son rempart décharné

Un olivier pleure comme un saule
Si seul
À moitié déplumé
Et songe à déserter

Et ce rêve qui poursuit les gens
Un jour peut-être
On pourra se laver.

2011-04

Marcel Faure