Vision


La jument verte

a pour Val temps surréaliste vassilos kouris

Vassilos Kouris

.

Vision de l’artiste

D’abord ce fut à peine un murmure, inaudible,
Une allumette qui craque et qui croque à la fois !
Une branche qui cède dans le sous bois chocolat,
Un course d’abeille, bourdonnement imperceptible,

Le craquement de plaisir réveilla Playboy l’étalon,
Une couture lâcha, s’ouvrit comme une cicatrice ;
Le vernis de la robe s’écailla, bruissement de canisse…
Cataclop, taclop, clope fit l’animal d’un bond.

Tout près, le peintre entendit le tonnerre qui gronde,
Avant de voir, que le feu sortait du palefroi.
Désemparé, l’artiste prit son courage aux abois
O Folie, pleura-t-il, nerf en pelote, imagination féconde !

Comment dessiner ma vision, débridée, hors du corps
Sur l’estacade et dans ma tête, ce cheval tangue
Les mots, les images s’évadent, caramel exsangue,
Un pinceau, une feuille, un logiciel en renfort !

Rajoutons une montre, dont les aiguilles timides
Raccommoderont le temps,  assassin au sang…

Voir l’article original 99 mots de plus

3 réflexions sur “Vision

  1. Ce qui vient des Carnets Paresseux a le poêle là où y faut…un fond de classe grand cru, qui sort pas de la boulette de s’avoir inscrit à son école. Un plaisir déjà, cette rencontre avec toi Valentyne.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.